Ce titre, after the rain, est une véritable petite merveille. Duke Pearson, pianiste, est un véritable virtuose qui n'a rien à envier à Bill Evans, Keith Jarrett, Herbie Hancock etc etc..

Ce titre, tout en apesanteur, de facture classique, l'influence de Satie, Debussy est manifeste, quand james Spaulding pose sa flute au milieu du morceau, on s'envole, on est ailleurs et on se demande comment un tel styliste peut être aussi méconnu.

DUKE PEARSON, After The Rain

Vous voulez l'album où se trouve ce morceau, sweet honey bee, il vous reste le LP original, une réédition vinyle récente ou le cd japonais que je possède. Musicien oublié,  un début de réponse afin d'expliquer ce malentendu, Duke (au nom prédisposé) cessa sa carrière en 1970, victime d'une sclérose en plaque qui l'emporta en 1980, je ne vois pas d'autre raison pour qu'un tel musicien et compositeur soit à ce point ignoré.

Reste ce morceau, emprunt d'une mélancolie réveuse, je vous le fait découvrir.